Les 35 heures … dans la vue ? AutrucheAnim.gif (5379 octets)

Décidément, Les citoyens de notre pays sont-ils sadomaso ???

On peut sérieusement se poser la question, d'autant plus qu'avec les 35 heures, ça doit sérieusement leur chatouiller le f…. !!!

En effet, que nous propose cette loi ? la réduction du temps de travail sans perte de pouvoir d'achat !

Bien sûr, cette loi a été adoptée par l'Assemblée Nationale, après quelques navettes avec le Sénat, aux forceps comme d'habitude, dans la précipitation (calendrier oblige), mais avec soi disant concertation avec tous les partenaires sociaux.

Seulement, comme on dit : y a un os dans le potage, car les ci-devant partenaires n'avaient de partenaires que le nom, au nom, justement, d'une transparence limpide sur ces importantes négociations "du siècle" dixit Madame la "Sinistre du travail et de la Solidarité".

Le patronat, contre les 35 heures monte aux créneaux, et tire à boulets "roses" sur le gouvernement et son projet avec l'arrière pensée de la réussite, mais à leur manière, de ce projet, pour imposer en force leur première préoccupation : l'annualisation du temps de travail, les gains de productivité, mais ………sans embauche de préférence.

Sans perte de pouvoir d'achats pour les salariés ? Rigolade, ils ont pris des mesures depuis plusieurs années pour nombre d'entre elles, en gelant les salaires et les primes, et en supprimant même les actualisations de l'indice des prix.

Les syndicats, voilà un cheval qu'il fait bon chevaucher, le "Saint Dicat" représentatif de lui-même et encore, qui déclare une main sur le cœur, l'autre le poing levé contre les patrons que cette loi, promesse électorale avant tout va créer des centaines de milliers d'emplois (je n'exagère pas) et dans le même temps réclame des augmentations de salaires pour faire bonne mesure, c'est génial pour appâter le chaland.

Un Député socialiste déclarait même ce soir 06/03/2000 au infos de 18 heures sur une grande radio que cette mesure en plus de la fameuse cagnotte fiscale devrait permettre la création de : 1 million d'emplois, rien que ça, il a du souffle pépère pour sortir des trucs pareils ! mais à débattre a t-il ajouter quand même.

Que va t-il en sortir ? Les idées commencent à être connues un peu partout, même dans la fonction publique, ou le père "Saint-Dicat" a tout repoussé en bloc à la majorité moins 1 des syndicats participants à ce dialogue de fous (pardon, je voulais dire de sourds).

D'abord, le rêve pour tout salarié ou cadre pas trop courageux et la désillusion pour les autres, mais un bénéfice certain pour les entreprises (même si leurs dirigeants clament le contraire).

Le rêve pour les premiers, car du temps libre en plus, Miam Miam pour la pause "coffee" (sans jeu de mots), surtout sans perdre un sou, car voyez vous un sou c'est un sou comme on dit "cheu" nous.

J'imagine sans peine comment sera utilisé ce temps libre sans budget, dans un immeuble, car c'est pas la plage et les cocotiers assurés pour autant, alors, ça va se transformer pour certains par du travail au noir, pour d'autres de l'oisiveté à bon marché dans les cours des cités, l'ennui entraînant l'envie et le reste ……. !

La désillusion pour les autres, car c'est sur eux que va peser tout le poids de cette mesure irresponsable, charge de travail supplémentaire dans un laps de temps plus court, tensions multiples et variées pour donner les résultats attendus, vie sociale et familiale démantelée, rythmes insoutenables, et derrière …………. QUE DALLE !!!

Drogués au "Bourre Pif" pour tenir le coup, raillés par les collègues peu scrupuleux, si si, fliqués, pressurés, ils n'auront d'autre alternative que de courber l'échine en attendant le couperet final. Il est d'ailleurs question de rajouter un couplet à l'International : "C'est le couperet final ……… etc.". Je m'égare, mais c'est tellement affligeant cette histoire des 35 heures, tellement gros, que j'en arrive à me demander comment on fait pour se les faire mettre aussi profond …dans le ciboulot.

Faut croire que beaucoup vont y gagner : le gouvernement, avec une promesse électorale tenue, les syndicats avec une lubie idéologique supplémentaire infligée à coups de grèves à tout un pays, et les patrons qui s'en tirent plutôt bien sans bourse déliée dans la majorité des cas.

Les grands perdants dans cette histoire ? je vais vous le dire, ou plutôt vous le redire, car je l'ai déjà écrit il y a plus de 10 mois maintenant : C'EST VOUS, C'EST MOI, C'EST NOUS !!!!!

Même la tête dans le sable, c'est pour nous, alors il vaut mieux sortir la tête du sable que montrer son derrière pour assimiler cette nouvelle réjouissante sans doute, mais peu reluisante.

Le 06 Mars 2000


sommaire               plan du site